Délibération délibérément mensongère ou l’art de duper ses administrés

Malaise et tensions en Mairie

 

Mieux comprendre la situation :

  • deux employées communales doivent être nommées chacune sur un poste de rédacteur (cadre B) puisqu’elles ont réussi le concours.
  •  Une troisième personne attend d’être nommée aux fonctions de Directrice Générale des Services (DGS) puisqu’elle est attachée territoriale (cadre A) et fait office de DGS. Il s’agit de Madame Nathalie DE VALCKENEER-COLMANT qui s’est retrouvée aux urgences de l’hôpital de Beuvry mercredi 4 mars, à la suite d’un malaise.

 

     Lors de la séance du dernier conseil municipal du 17 février 2014, une délibération pour la création d’un poste de rédacteur (cadre B) a été présentée. Des membres de la liste Le Meilleur pour Douvrin  ont largement commenté et insisté sur le fait qu’une autre personne avait également réussi ce concours et qu’elle n’avait toujours pas été nommée près de un an plus tard. Le maire a alors assuré que ces  “injustices” se verraient réparées.

C’est donc naturellement que cette délibération fut votée à l’unanimité.

 

     Oui mais voilà, le 3 mars, arrive une dame, cadre B de la fonction publique territoriale, pour ce poste de rédacteur créé.

Qu’advient-il des employées qui n’avaient pas encore eu leur promotion mais que le maire promettait de “régulariser” ?

Mieux, cette dame sera nommée sur le poste de Directrice Générale des Services (DGS) dans 6 mois.

 

Le constat du groupe Le Meilleur pour Douvrin :

 

     Le maire, lui qui a toujours soutenu qu’il n’y aurait aucun recrutement, va bel et bien embaucher, et payer un salaire conséquent de 6 à 7 000 euros mensuels (x13) soit  500 000 euros sur le mandat de 6 ans  au détriment de trois employées communales qui restent sur “le carreau”.

Pour accéder aux fonctions de DGS, il faut avoir le grade d’attaché (cadre A) de la fonction publique territoriale. Le maire doit ensuite signer un arrêté pour que l’employé accède aux fonctions de DGS.

Or, depuis des années, Madame Nathalie DE VALCKENEER, attachée avec le statut de grade A, fait le travail de DGS et donc “fait office” de DGS.

     Mais le maire ne prétend pas lui signer l’arrêté qui régulariserait officiellement sa fonction de DGS et sa situation. Il préfère embaucher quelqu’un d’autre qui n’a pas le grade de cadre A mais celui de cadre B, donc un grade inférieur à celui de Nathalie.

     La volonté du maire est de  “mettre au placard”  une employée qui travaille depuis plus de 20 ans à Douvrin. Quoiqu’il en soit, la tactique déplorable du maire pour déloger Nathalie manque d’ETHIQUE. On peut ne pas partager les mêmes idées et les mêmes objectifs, le RESPECT reste une valeur essentielle.

     Non seulement le maire a donné à la presse une version mensongère (voir article du 6 mars 2014 de la Voix du Nord) mais en plus, on se demande s’il a compris le fonctionnement des statuts de la fonction publique territoriale, lui le Premier Magistrat de la ville !!!

     Que penser d’une telle pratique ? Il n’est pas SINCERE, il joue sur les délibérations, sur les postes et sur les mots. Il utilise des artifices pour présenter une réalité tronquée au grand mépris des instances, telles que le Conseil Municipal, et de ses concitoyens.

     Il tente de se construire et d’incarner un soi-disant sauveur pour glorifier sa soif d’ambition. Un bien triste personnage qui ne respecte rien, ni personne…sauf son Ego démesuré.

     Si le maire use et abuse de la pratique des chiffres, il en est bien différemment de la pratique et du sens de certains mots. En effet, trois définitions font défaut à son vocabulaire : ETHIQUE, SINCERITE et RESPECT.

Vous trouverez ci – joint, les délibérations du conseil municipal

Délibération 1 et délibération 2